C a t h e r i n e   V e r l a g u e t , auteure



Les Abîmés

Editions théâtrales, collection jeunesse 2024

cycle 3 collège lycée



ISBN : 978-2-84260-931-3 - 8 €

Voir sur le site de l'édition

Voir sur le site d'Amazon



Après quelques mois passés en foyer, Ludo et P'tit Lu reviennent vivre chez leurs parents. Mais les violences recommencent. Tandis que P'tit Lu subit les cris, Ludo, lui, est puni en silence. Quand les services sociaux reviennent les chercher, Ludo fait une fugue. P'tit Lu entame un chemin de résilience grâce à Nora, l'éducatrice, et à la couture qui lui permet de raccommoder les morceaux déchirés. Ludo, lui, se cache chez son amie Faïza, puis chez une vieille dame qui lui apprend le piano et comment transformer la colère en musique. Dans cette trilogie consolatrice, Catherine Verlaguet traite des violences intrafamiliales avec une grande sensibilité et ouvre ainsi les voies de la reconstruction de soi.

(Cette pièce n'est actuellement pas en tournée)

Ouvrage publié avec le soutien du Centre national du livre

Extrait

À l’époque de cette histoire, j’ai douze ans.

J’ai un p’tit frère, Lucien.

À l’époque, il a sept ans. On l’appelle P’tit Lu, parce qu’on peut pas tous les deux nous appeler Lulu. Mais moi, personne ne m’appelle plus Lulu depuis longtemps.

On m’appelait comme ça quand j’étais p’tit, vraiment p’tit ; mais déjà p’tit, j’aimais pas. Sauf qu’on m’demandait pas mon avis.

Quand Lucien est né, j’suis devenu Grand Lu et lui, P’tit Lu. Y avait plus de Lulu.

Grand Lu c’était encore pire que Lulu.

Un jour, à l’école, j’ai mis les choses au clair : j’m’appelle Ludovic, vous pouvez m’appeler Ludo, mais ça s’arrête là. Tous ceux qui m’appelleront autrement… j’vous conseille pas.

Ils ont pas été nombreux à essayer.

Et ceux qui ont essayé, ils ont vite compris que j’rigolais pas.

C’est comme ça, les gens : faut vite leur faire comprendre que tu rigoles pas. Sinon, tu t’fais marcher dessus.

C’est là que ça a commencé, la mauvaise réputation. À cause des bagarres. À cause de monprénom d’abord, et puis d’autres choses après, dont j’me rappelle même pas.